av assurance vie

Tout savoir sur le contrat d’assurance vie

L’assurance vie reste encore une fois le placement préféré des français. Ce n’est pas la mise en place d’un seuil plancher pour le livret A qui devrait contrarier ce scénario. Véritable couteau suisse des placements financiers, l’assurance vie peut s’adapter à presque tous les besoins. Dommage qu’elle soit trop souvent sous exploitée.

Retrouvez cet article au format audio

Sommaire

PARTAGEZ SUR LES RESEAUX

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn
202 vues par nos lecteurs

Durée de lecture : 12 minutes

Etes-vous capable de répondre à ces questions : comment cela fonctionne ? A qui cela s’adresse ? Et les raisons pour lesquels vous devez en posséder un ?

 

Les grands principes de l’assurance vie

L’assurance vie est un produit d’épargne réglementée. A ce titre, il suit des règles très strictes dictées par le Code des Assurances. Elle tient son nom d’un grand principe générale : la stipulation pour autrui. Nous reviendrons ultérieurement sur ce qui représente le fondement de l’assurance vie. Car son origine, les contrats d’assurance vie avait pour unique but de transmettre un patrimoine pour limiter les droits de succession !

De manière très concrète, les contrats d’assurance vie impose une durée limitée au contrat, dont le maximum est la durée de vie de son ou ses assurés (durée viagère). Cela restreint la souscription de ce produit aux seules personnes physiques. Les personnes morales ont quant à elle accès au contrat de capitalisation.

L’assurance vie est un contrat souscrit entre plusieurs parties :

  • le souscripteur ou adhérent,
  • l’assuré,
  • l’assureur,
  • le ou les bénéficiaires, qui peuvent être différents de vos héritiers

Les typologies de contrat d’assurance vie

Comme pour tout produit d’assurance, il existe deux grandes familles de contrat s’assurance vie :

  • les contrats collectifs,
  • les contrats individuels.

Contrat collectif

Le contrat collectif est un contrat qui a été mis en place avec une association. L’idée est que l’association soit le souscripteur du contrat. Alors chacun des épargnants adhère à cette dernière afin de pouvoir souscrire au produit.

Quelles en sont les conséquences ?

Et bien l’assureur peut décider avec le souscripteur de changements contractuels en terme de frais de gestion, fonds disponibles, options sur le contrat. L’épargnant ne pourra s’y opposer. Son seul choix reste de clôturer le contrat s’il n’est pas d’accord avec les nouvelles dispositions. Sinon elles seront applicables au delà d’un délai de 3 mois.

Contrat individuel

Le contrat individuel est plus protecteur pour les épargnants. Car l’assureur ne pourra modifier les conditions particulières du contrat sans l’accord de l’épargnant.

L’épargnant conserve alors le contrat dans l’état où il était à l’origine. Et s’il souhaite profiter des nouvelles évolutions offertes par l’assureur, il a le choix de les accepter en signant un avenant. Cela vous offre une plus grande sécurité quant au devenir de votre épargne.

Souscription du contrat d’assurance vie

En terme de conditions de souscription, ce sont les assureurs qui fixent les leurs. Le montant de versement initial minimum peut varier de quelques euros à plus plusieurs centaines de milliers d’euros pour les contrats les plus élitistes.

Mais il ne faut pas se faire d’illusions sur le sujet. Sachez que le montant minimum d’investissement n’est pas un gage de qualité pour un contrat d’assurance vie !

Pour se constituer un capital plus rapidement, les versements ultérieurs sont possibles à n’importe quel moment sur le contrat d’assurance-vie que ce soit de manière ponctuelle (versements libres), ou de façon périodique (versements programmés). L’épargnant devra respecter une nouvelle les minima de versement imposés par l’assureur.

La gestion financière des contrats d’assurance vie

Un contrat d’assurance vie reste avant tout un placement servant à épargner pour la majorité de français. Ce dernier offre de sérieux arguments en terme de gestion financière.

Les supports disponibles

Le contrat d’assurance vie a beaucoup évoluer depuis son origine. Depuis une trentaine d’années, nous sommes passés de contrats simplistes mono-support à des contrats d’assurance vie multisupport.

Le saviez vous ?

Si vous possédez encore un contrat mono-support, sachez que l’amendement Fourgous vous permet de convertir votre vieux contrat en multisupport tout en conservant son antériorité et les avantages qui y sont liés.

Le contrat d’assurance vie moderne offre un très grand choix de supports à l’épargnant que l’on peut classer en deux catégories distincts :

  • le fonds euros (actif général ou actif cantonné),
  • les supports en unités de compte.

Le capital garanti grâce aux fonds en euros

Lorsque l’on parle de taux de rémunération des assurances-vie, on parle des fonds en euro. Il est mis en avant par la grande majorité des assureurs car il représente plus 80% des sommes détenus (encours) par les épargnants en assurance vie. La raison de ce plébiscite : la garantie sur le capital investi par l’épargnant et l’effet cliquet garantissant les intérêts acquis. Un des baromètres pour savoir si votre contrat est compétitif en terme de taux de rendement est le contrat collectif proposé par l’AFER.

Avec la baisse des taux d’intérêts depuis plus de 35 ans, les assureurs ont été obligés d’innover pour garder des rendements attractifs en créant de nouvelles générations de fonds en euros (fonds euro-thématique, fonds euros diversifiés…). L’épargnant doit pour le coup rester vigilant. Car certains fonds en euros pour offrir de la performance ont troqué la garantie en capital à tout moment par une garantie en capital à échéance !

Un large panel d’investissement offert par les supports en unités de compte

La première caractéristique des supports en unité de compte réside dans la possibilité pour l’épargnant de perte en capital. Pour autant, en fonction des unités de compte, le risque de perte est loin d’être identique. Car dans un contrat multisupports, vous pouvez trouver des supports d’investissement très différents de part :

  • leurs natures (titres vifs, obligations, fonds dédiés, FAS, CLN, BNTM, EMTN, FCP, SICAV, ETF, SCI, SCPI ou autres OPCVM),
  • les marchés financiers sur lesquels ils sont investis (zone géographique),
  • les possibilités d’utiliser des mécanismes de couverture,
  • les tailles de capitalisation,
  • les devises…
Vous y retrouverez un large éventail de supports vous permettant de diversifier votre capital. Le plus dur sera de faire son allocation d’unité de compte.
assurance vie gestion financière

Les différents modes de gestion financière

Afin de faire fructifier votre épargne sur le long terme, vous avez plusieurs modes de gestion disponibles sur les contrats d’assurance-vie. Selon le produit, tous les modes ne seront pas soit pas disponibles, soit exclusif. Très rares sont les contrats capables de gérer plusieurs poches d’investissement.

Au cours de la vie du contrat d’assurance vie, il sera possible de passer d’un mode de gestion à un autre en respectant les conditions prévues dans les conditions générales du produit.

La gestion libre

Nous sommes sur le mode de gestion le plus courant que vous retrouverez sur la quasi-totalité des contrats d’assurance-vie du marché. La gestion libre responsabilise l’épargnant en le laissant faire son allocation parmi les différents supports disponibles sur le contrat. Charge à lui de faire vivre cette allocation en la faisant évoluer au fil du temps à travers des changements de supports, appelés arbitrages.

La gestion active

Depuis une vingtaine d’années avec le développement des systèmes d’informations des assureurs vie, des options d’arbitrages programmés sont apparues sur les contrats d’assurance vie les plus élaborés. Ces options ont pour but de :

  • proposer une formule d’investissement progressif sous la forme d’arbitrages réguliers vers les supports financiers unités de compte. Ce mécanisme a pour but de limiter le risque de volatilité,
  • limiter le risque financier à travers des options de désinvestissement automatique en cas de baisse brutale de marché (stop loss),
  • vendre totalement une ligne sur un objectif de gain (stop win),
  • assurer la dynamisation ou la sécurisation des gains sur un support au delà d’un seuil de performance défini…
L’utilisation des options d’arbitrage programmé au sein de la gestion libre est appelé gestion active.

La gestion conseillée

Comme pour la gestion libre, l’épargnant conserve la faculté d’arbitrage. L’assureur demandera une confirmation à ce dernier par le biais d’une signature écrite ou électronique.

En revanche, le souscripteur/adhérent recevra des préconisations d’allocations d’actifs et d’arbitrages d’un conseil extérieur motivées. Ainsi, ce système laisse le choix à l’épargnant de suivre ou non ces conseils en fonction de ses convictions du moment sur les marchés.

La gestion pilotée

La gestion pilotée est une famille de mode de gestion où l’épargnant confie la gestion financière à un conseil (assureur, banque, banquier privé, courtier en assurance spécialisé, cgp, family officer, gestionnaire de fortune, société de gestion de portefeuille…). Ce dernier aura pour responsabilité de choisir les supports financiers en limitant les risques grâce à la diversification de l’épargne dans le but de délivrer de la performance dans la durée.

La gestion profilée ou sous mandat d’arbitrage

Très à la mode dans les réseaux d’assurance, la gestion profilée a le mérite de simplifier la gestion au maximum pour l’épargnant et son conseiller. L’assureur propose plusieurs profils en fonction du niveau de risque financiers. On retrouve classiquement trois profils : prudent, équilibré et dynamique.

Pour déterminer son profil d’investisseur, l’épargnant s’appuiera sur un questionnaire papier ou numérique.

Une fois le profil choisi, tous les arbitrages seront exécutés automatiquement et au même moment par l’assureur sur tous les contrats concernés en fonction de l’évolution du profil.

En fonction du gestionnaire des fonds, ce mode de gestion est appelé gestion profilée (assureur) ou gestion sous mandat d’arbitrage (CIF ou société de gestion). 

La gestion sous mandat

Réservée à une élite, la gestion sous mandat est la formule la plus haut de gamme proposée en gestion déléguée. Ceci s’explique part deux phénomènes :

  • la possibilité d’avoir une gestion spécifique par client à travers une lettre d’orientation financière spécifique,
  • profiter d’une gamme d’investissement étendue normalement dédiée au compte titres tout en profitant du cadre fiscal de l’assurance vie.

Frais et fiscalité sur les contrats d’assurance vie

Les épargnants assimilent à tort les frais et la fiscalité qui sévissent sur leur épargne. La raison en est un simple : ce sont dans les deux cas des prélèvements venant amputer soit le capital (frais), soit la plus values (fiscalité et prélèvements sociaux).

Intrinsèquement, les frais sont là pour rémunérer la gestion et les conseils mis au service des épargnants. Alors que la fiscalité à travers le PFL ou les prélèvements sociaux servent à taxer à travers un impôt les gains réalisés par les épargnants. Une nuance qu’il est important d’avoir en tête notamment dans le choix de votre futur solution d’épargne.

La fiscalité en assurance vie en phase d’épargne…

Nous sommes sur l’avantage majeur du contrat d’assurance : son cadre fiscal avantageux. En effet, contrairement aux comptes titres, seuls les retraits (rachats partiels ou rachat total) sur le contrat d’assurance vie donne lieu à une fiscalité sur la quote part de plus values récupérée par l’épargnant.
fiscalité assurance vie

Alors comment est calculée la base imposable ? Découvrez le avec nous en vidéo.

Pour aller droit au but, au delà de huit ans de détention, l’épargnant à la possibilité de récupérer 4 600 ou 9 200 euros de plus values en fonction de sa situation familiale en étant totalement exonérés d’imposition sur le revenu. Seuls les prélèvements sociaux seront dus.

Si vous souhaitez en savoir plus, nous avons réalisé un article dédié sur la fiscalité de l’assurance vie.

…En cas de décès de l’assuré

Mais cerise sur le gâteau, en cas de décès, l’assurance vie dispose d’avantages civils et fiscaux incomparables. Elle permet de transmettre des capitaux hors succession à une fiscalité défiant toute concurrence. Vous pouvez transmettre jusqu’à 152 000 euros sans droit à payer à une personne de votre choix, quelque soit son degré de parenté avec vous. Elle devient un excellent moyen d’avantager une personne à son décès, même si ce n’est pas un de vos héritiers réservataires. Juste incroyable lorsque on y pense…

Les différents frais du contrat d’assurance vie

Vous retrouverez trois grandes familles de frais sur ce type de contrat :

  • les frais sur versements,
  • les frais sur encours,
  • les frais d’arbitrage.

Les frais sur versements ou frais d’entrée

Comme leur nom l’indique, les frais d’entrée sont prélevés sur chacun des versements effectués par l’épargnant sur le contrat d’assurance-vie. Prélevés à la source sur chaque prime, ces frais servent à rémunérer l’assureur et l’intermédiaire financier par lequel vous êtes passé pour souscrire votre contrat.

Ces frais donnent le droit à un avantage en terme de fiscalité puisqu’ils sont considérés comme de la moins values fiscale.

Les frais sur encours ou frais de gestion

Les frais de gestion sont prélevés au fil de l’eau par l’assureur sur l’épargne acquise des contrats. Calculés en pourcentage de l’épargne, ils servent à rémunérer l’assureur et l’intermédiaire financier qui en assure le suivi.

Ces frais peuvent être majorés de manière contractuelle suivant le mode de gestion retenue par l’épargnant.

Les frais d’arbitrage

Les frais d’arbitrage sont prélevés à chaque modification de l’allocation d’actif, ou arbitrage. Ils sont calculés de manière forfaitaire ou selon un pourcentage des sommes arbitrées.

Le mythes des contrats d’assurance vie sans frais

Vous avez du entendre parlé des contrats sans frais sur Internet. Le terme sans frais est quelque peu galvaudé. Puisque ces contrats proposent aucun frais de versement ou d’arbitrage à leurs clients du fait de l’absence de conseil personnalisé. En revanche, ils comportent comme tous les autres contrats des frais de gestion administrative.

A ma connaissance, il n’existait qu’un produit d’assurance vie conçu par AG2R La Mondiale et commercialisé en exclusivité par le courtier en ligne SICAVONLINE. ce produit s’appelle Win to Win. A ce jour, ce contrat n’est plus en cours de commercialisation.

A qui s’adresse ce type de produit d’épargne ?

Parce que la vie n’est plus un long fleuve tranquille, l’assurance vie trouve un attrait particulier dans les familles recomposées. Avec des enfants d’une première union, le casse tête se pose vite une fois que l’on vieillit et que l’on souhait protéger son ou sa partenaire. Doit-on se remarier ou se PACSer ? Autant de choix cornéliens à se faire des noeuds au cerveau. L’assurance vie permet en toute simplicité d’avantager son conjoint sans déshériter ses enfants.

Pour les épargnants, l’assurance vie reste la Rolls Royce des produits d’épargne. Le principal argument reste sa fiscalité avantageuse. Mais qui dit fiscalité, dit plus values. Car vous aurez avoir la meilleure fiscalité du monde, si vous n’avez pas de plus values sur votre contrat, cela ne vous servira à rien. Je ne pourrai que vous recommander de vous faire accompagner sur le sujet.

Pourquoi souscrire un contrat d’assurance vie ?

Souvent on a du vous dire d’ouvrir un contrat d’assurance vie pour prendre date. Mais qu’est-ce que cela veut dire exactement ? En fait, la fiscalité de l’assurance vie devient particulièrement avantageuse au-delà de la huitième année du contrat. D’où la nécessité d’ouvrir un contrat le plus tôt possible pour faire en sorte que ce délai soit atteint le plus tôt possible dans votre vie. Mais de vous à moi, si vous n’utilisez pas pleinement ces avantages par la suite, autant ne pas vous embêter à en ouvrir un.

En cas de vie, elle permet au souscripteur de profiter :

  • d’avantages fiscaux,
  • d’un large choix de support,
  • de la sécurité du fonds en euros.

Que demander de plus ? Une sortie souple aussi bien en rente viagère et/ou en capital. On comprend vite que notre contrat d’assurance vie a de sérieux arguments à faire valoir. Ce serait idiot de passer à côté de cet outil si utile dans la gestion de votre patrimoine.

Vous souhaitez en savoir plus ?

rachat total assurance vie
Assurance vie
Régis PORTUGAL

Rachat total en assurance vie : mode d’emploi

L’assurance vie est un placement pas comme les autres. Capable de s’adapter à toutes les situations, il bénéficie d’une grande souplesse en terme de fonctionnement ainsi que d’une fiscalité dérogatoire. Vous souhaitez clôturer un de vos contrats existants ou savoir comment cela se passe ? Découvrons ensemble la manière de faire un rachat total en

Lire plus »
unité de compte assurance vie
Assurance vie
Régis PORTUGAL

Comment choisir les unités de compte de son assurance vie

Sans mauvais jeu de mot, un contrat d’assurance vie ne se cantonne pas aux simples fonds en euros. D’ailleurs, ces derniers représentent une infime partie des fonds disponibles (supports en unité de compte) sur un contrat d’assurance vie moderne. Même s’il faut reconnaître qu’en terme d’encours, la suprématie du fonds en euros est toujours d’actualité.

Lire plus »
clause bénéficiaire assurance vie
Assurance vie
Régis PORTUGAL

Comment rédiger la clause bénéficiaire en assurance vie

L’assurance vie est un formidable outil pour transmettre une partie de son patrimoine. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle elle a été créée au 17ème siècle. Facile d’utilisation et accessible à tout le monde, découvrez comment protéger vos proches à moindre fiscalité à travers la clause bénéficiaire de vos contrats d’assurance vie. Retrouvez cet article

Lire plus »
a quoi sert une assurance vie
Assurance vie
Régis PORTUGAL

A quoi sert une assurance vie dans un patrimoine ?

Que se cache t’il réellement derrière le placement préféré des épargnants français, l’assurance vie : un vulgaire produit d’épargne ? Pas si sûr si on en croit les statistiques (plus de 1 700 milliards d’euros placés à ce jour sur ce type de produits). Il doit bien y avoir une raison à ce succès… A

Lire plus »
Assurance vie
Régis PORTUGAL

Qu’est-ce qu’une avance en assurance vie ?

Dès que l’on a besoin de récupérer des fonds de un contrat d’assurance vie, on pense naturellement au rachat partiel. Ce dernier entrainant l’imposition sur les plus values récupérées. Pour autant, il existe un autre mécanisme plus méconnu du grand public : l’avance. Mais est-ce que l’avance assurance vie est réellement faite pour vous ? 

Lire plus »
rachat partiel assurance vie
Assurance vie
Régis PORTUGAL

Effectuer un rachat partiel sur une assurance vie

Le contrat d’assurance vie est toujours le placement préféré des français. Et bon nombre d’assureurs sont prêts à vous accueillir chaleureusement la souscription de contrat pour que vous procédiez aux versements de primes chez eux. Mais qu’en est-il le jour où vous souhaitez récupérer tout ou une partie des sommes versées ? On parle alors de

Lire plus »

Avertissements: les informations contenues dans nos articles et guides sont par nature génériques. Elles ne tiennent pas compte de votre situation personnelle. Par conséquent, elles ne peuvent en aucune façon constituer des recommandations personnalisées en vue de la réalisation de transactions d’achat ou de vente d’instruments financiers ou bien être assimilées à une prestation de conseil en investissement financier. Le lecteur est le seul responsable de l’utilisation de l’information fournie, sans qu’aucun recours contre les éditeurs du site legira.fr ne soit possible. La responsabilité du site legira.fr et de ses auteurs ne pourra en aucun cas être engagée en cas d’erreur, d’omission ou d’investissement inopportun.

Retour haut de page