L’essentiel sur l’Assurance vie

assurance vie

L’assurance vie reste encore une fois le placement préféré des français. Ce n’est pas la mise en place d’un seuil plancher pour le livret A qui devrait contrarier ce scénario.

Véritable couteau suisse des placements financiers, l’assurance vie peut s’adapter à presque tous les besoins. Dommage qu’elle soit trop souvent sous exploitée.

Etes-vous capable de répondre à ces questions : l’assurance vie comment ça marche ? A qui cela s’adresse ? Et surtout à quoi cela sert ?

  • L’assurance vie est un produit d’épargne réglementée. A ce titre, il suit des règles très strictes dictées par le Code des Assurances.

    Il tient son nom d’assurance vie d’un grand principe générale : la stipulation pour autrui. Nous reviendrons ultérieurement sur ce qui représente le fondement de l’assurance vie. De manière très concrète, cela impose une durée limitée au contrat, dont le maximum est la durée de vie de son ou ses assurés. Cela restreint la souscription de ce produit aux seules personnes physiques. Les personnes morales ont quant à elle accès au contrat de capitalisation.

    L’assurance vie est un contrat entre plusieurs parties :

    • le souscripteur ou adhérent,
    • l’assuré,
    • l’assureur,
    • le ou les bénéficiaires.
  • Il existe deux types de contrat s’assurance vie :

    • les contrats collectifs
    • les contrats individuels
  • Souscription

    En terme de conditions de souscription, ce sont les assureurs qui fixent le leurs. Le montant de versement minimum peut varier de quelques euros à plus plusieurs centaines de milliers d’euros pour les contrats les plus élitistes. Mais il ne faut pas se faire d’illusions sur le sujet. Le montant minimum d’investissement n’est pas un gage de qualité d’un contrat d’assurance vie !

    Pendant la durée du contrat, en cas de vie de l’assurée

    En cas de vie, elle permet au souscripteur de profiter d’une enveloppe fiscale avantageuse, d’un large choix de support et de la sécurité du fonds en euros. Que demander de plus. Une sortie souple aussi bien en rente et/ou en capital. On comprend vite que notre contrat d’assurance vie a de sérieux arguments.

    En cas de décès

    Mais cerise sur le gâteau, en cas de décès, l’assurance vie dispose d’une fiscalité dérogatoire. Elle permet de transmettre des capitaux hors succession à une fiscalité défiant toute concurrence. Vous pouvez transmettre 152 000 euros sans droit à payer à une personne de vote choix soit son degré de parenté avec vous. Juste incroyable quand on y pense.

  • Parce que la vie n’est plus un long fleuve tranquille, elle trouve un attrait particulier dans les familles recomposées. Avec des enfants d’une première union, le casse tête se pose vite une fois que l’on vieillit et que l’on souhait protéger son ou sa partenaire. Doit-on se remarier ? Est-ce que le PACS est un outil adapté ? Autant de choix cornéliens à se faire des noeuds au cerveau. L’assurance vie permet en toute simplicité d’avantager son conjoint sans déshériter ses enfants.

    Pour les épargnants, l’assurance vie reste la Rolls Royce des produits d’épargne. Le principal argument reste sa fiscalité avantageuse. Mais qui dit fiscalité, dit plus values. Car vous aurez avoir la meilleure fiscalité du monde, si vous n’avez pas de plus values sur votre contrat, cela ne vous servira à rien. Je ne pourrai que vous recommander de vous faire accompagner sur le sujet.

  • Souvent on a du vous dire d’ouvrir un contrat d’assurance vie pour prendre date. Mais qu’est-ce que cela veut dire exactement. En fait, la fiscalité de l’assurance vie devient particulièrement avantageuse au-delà de la huitième année du contrat. D’où la nécessité d’ouvrir un contrat le plus tôt possible pour faire en sorte que ce délai soit atteint le plus rapidement possible.

    Mais de vous à moi, si vous n’utilisez pas pleinement ces avantages, autant ne pas vous embêter à en ouvrir un. Ce serait idiot de na pas en profiter vous aussi.