krach imminent

2020, faut-il avoir peur d’un krach boursier imminent ?

Par nature, un krach boursier est un évènement imprévisible. Jour après jour, nous sommes de plus en plus près de la prochaine crise. Dans une économie de bulles spéculatives comme la notre, les cycles économiques sont de plus en plus courts et les crises de plus en plus violent. Cette fin de cycle va t’elle nous amener vers un krach boursier imminent de grande ampleur ?

Après 10 années de hausse avec des soubresauts, les marchés américains de Wall Street sont actuellement à leur plus haut historique. 2020 sera t’elle l’année de tous les dangers sur les marchés financiers ?
Vous trouverez dans cet article nos conseils avisés pour limiter vos pertes et profiter des opportunités de placement qui se présentent. Ainsi vous pourrez utiliser les mêmes techniques que les grands investisseurs pour gagner de l’argent sur vos placements, même en temps de crise !

Durée de lecture : 10 minutes

468 vues par nos lecteurs

Retrouvez cet article au format audio

Krach boursier imminent, y a t’il de bonnes raisons de s’inquiéter ?

Si vous lisez ces lignes, c’est que le contexte est anxiogène. Les analyses pessimistes se multiplient avec des lueurs d’espoirs. Devez-vous vous faire du soucis pour vos investissements et votre épargne ?

D’une manière générale :

  • Si vous êtes à quelques mois de la fin de votre horizon de placement, liquidez toutes vos positions à risque.
  • Mais dans le cas contraire, prenez du recul sur la situation en changeant juste d’état d’esprit. Désormais, adoptez les préceptes de l’investisseur heureux

Qu’est-ce qu’un krach boursier ?

Par nature, un krach boursier est une baisse brutale des valorisations suite à un afflux massif de vente lié à un mouvement de panique.

Un mouvement de baisse violent mais limité dans le temps

La principale caractéristique d’un krach boursier est d’être un mouvement violent à la baisse. Plus l’écart entre le nombre de vendeurs et le nombre d’acheteurs est important, plus la baisse des valorisations sera marquée. Lors d’un krach, un marché peut perdre jusqu’à 22% sur une journée comme aux Etats-Unis ce fameux jeudi noir du 24 octobre 1929.

A cela, il faut ajouter un effet multiplicateur : la liquidité. Plus un marché est liquide (facilité de transaction) et moins il sera soumis aux variations. Pour cette raison, les investisseurs en période de fluctuations sur les marchés (volatilité) privilégie les actifs les plus liquides. On appelle ce mouvement le “Fly to Quality”, la fuite à tort ou à raison des actifs les moins liquides. Nous y trouverons une source d’opportunité d’investissement.

Du krach nait la crise

Souvent limités à quelques jours, les krachs sont très souvent suivi d’une période de baisse durable des marchés, ou crise. Avec les liens étroits entre les marchés dus à la mondialisation, ces crises sont devenues systémiques touchant la majorité des classes d’actifs. Il devient alors de plus en plus complexe d’y échapper.

On qualifie de crise un mouvement de baisse compris en moyenne entre -30 et -60%. Le rêve de tout épargnant est d’être en dehors du marché durant toute cette période. 

 

“De tout temps il y a eu des crises économiques et financières. Elles sont inévitables, imprévisibles mais aussi salutaires. Il faut apprendre à vivre avec et profiter des opportunités d’investissement qu’elles procurent.” 

 

Les performances passées ne présagent pas des performances futures

En matière de performance boursière, les investisseurs ont trop tendance à s’appuyer sur le passé pour prédire l’avenir. C’est pour cette raison que lorsque les marchés battent des records, le stress monte sur les investisseurs. Mais est-ce réellement rationnel ?

Gardez bien en tête ce principe :

Une seule chose est sûre : l’avenir est incertain, donc anxiogène ! 

De ce fait, plus un investisseur boursier est néophyte et plus il consulte régulièrement les informations financières. Et manque de chance : d’un jour à l’autre les marchés fluctuent entre hausse et baisse. Le pire dans tout cela est que nous avons des chroniqueurs payées pour tirer des conclusions hâtives au quotidien. Ces mêmes conclusions qui peuvent être contradictoires d’une journée à l’autre.

Dans ce contexte, impossible de savoir avec certitude si nous sommes face à un krach boursier imminent, une amorce de baisse durable des marchés ou une simple journée baisse.

En période de krach boursier imminent, changez d’état d’esprit

Nous avons vu qu’une crise commence toujours par une période de panique. Si vous souhaitez préserver votre capital et ne pas vous laisser entrainer par la vague de baisse, une solution : adoptez l’état d’esprit d’un investisseur rationnel. Cela semble quelque peu théorique comme approche. Mais vous verrez très rapidement que le bon sens et le pragmatisme seront vos meilleurs alliés.

L’horizon de placement comme juge de paix

Votre objectif sur le long terme nécessite de la performance financière pour être atteint (devenir rentier, préparer votre retraite, financement d’une acquisition immobilière…). Vous avez du définir seul ou accompagner d’un spécialiste votre niveau de tolérance au risque. Tout ce travail vous aura permis de connaître les supports d’investissement à sélectionner pour votre épargne. Mais aurez-vous le courage d’aller en partie sur le marché des actions ?

Vous n’aurez pas le choix que d’aller chercher de la performance sur longue période 

Et vous auriez eu bien tort de vous priver de la performance de ces marchés, seuls capables de battre tous les autres types de placement sur longue période. Encore la preuve en image avec cette étude réalisée par le magazine “Le Revenu”.  

krach bousier imminent performance actifs 30 ans

Les actions, même hors dividendes, sont en moyenne devant la marché immobilier sur 30 ans. Cela semble étonnant, non ? Je pense que l’écrasante majorité des français si on les interroge répondraient l’immobilier et ensuite l’or. Et avec une inflation et des taux d’intérêts faibles, l’écart entre les actions et les autres actifs devraient encore s’accentuer !

Et bien justement, cela doit vous rappeler une règle d’or en terme d’investissement. Le temps est votre meilleur allié pour dégager de la performance capitalisée. Et du temps, vous en aurez très probablement dans la gestion de votre épargne.

En moyenne, les épargnants ont un horizon de placement long terme (entre 15 et 25 ans). Paradoxalement,  ils adoptent une attitude court-termiste. Plus la durée d’investissement est longue, et plus l’effet de capitalisation est important sur les performances financières. Pour créer un effet de levier important, il faut privilégier les placements à rendements élevés. Sur ce thème, les actions sont des supports adéquats.

En bourse, adoptez la bonne psychologie d’investisseur

Depuis plus de 10 ans, j’ai l’occasion d’accompagner des investisseurs particuliers dans leur quête de performance. La caractéristique qui revient le plus fréquemment est une aversion au risque fluctuant en fonction des conditions de marché. Est-ce logique vu que les valorisations des entreprises suivent des règles mathématiques ? On a beau se raisonner, une peur fait perdre toute notion de rationalité. Voici en résumé de la psychologie de l’épargnant lambda :  

krach boursier imminent psychologie investisseur
Cela vous rappelle peut-être quelque chose ?

Gardez la tête froide en vous focalisant sur vos objectifs à long terme

Les marchés boursiers obligent de prendre de la hauteur en adoptant un raisonnement de performance à long terme. Ce qui est antinomique avec la valorisation des marchés qui réagit à court terme à la moindre nouvelle (volatilité). Pas tant que cela si l’on est capable de discerner les grandes tendances à long terme.

Alors si vous ne souhaitez pas être influencé par la moindre nouvelle ou rumeur, n’écoutez plus les chroniques économiques quotidiennes. Par la même occasion, il n’est pas nécessaire non plus de suivre vos investissements tous les jours.

Mon propos n’est pas d’être totalement déconnecté des marchés financiers, mais bien de vous bâtir une stratégie de prise d’informations méthodique. Comme en conduite, la souplesse est de rigueur en terme d’investissement. Car le moindre “coup de volant” peut vite vous amener à la sortie de route, surtout quand vous naviguez sur des terrains glissants.

Fuyez les stratégies de trading en privilégiant les positions long terme

Cela pourra vous sembler être une évidence, mais 100% des épargnants ayant gagnés de l’argent en bourse sont investis. Pour étayer mon propos, je vais commencer par vous poser une question. Savez-vous comment se construit la performance annuelle des marchés financiers ?

Si vous prenez sur une année le cumul des 5 meilleures journées de cotation boursière, alors vous aurez 80% de la performance annuelle réalisée par ce marché. Imaginez les effets que cela peut avoir sur votre portefeuille si vous n’étiez pas investi sur ces périodes. Jouer les apprentis sorciers en voulant procéder à des arbitrages court terme peut s’avérer une catastrophe. 

Sachez gérer une poche de cash au sein de vos portefeuilles

Votre pire ennemi dans un processus d’investissement sera vos croyances notamment en terme de gestion de la trésorerie. Disposer d’une poche de cash dans un portefeuille permet de :

  • saisir des opportunités dans une baisse ou un creux de marché,
  • sécuriser à court terme des plus values.

Si vous suivez mon raisonnement, plus les marchés seront en phase ascendante et plus vous devrez savoir prendre vos plus values. Le rythme suit la vitesse de progression des marchés et la volatilité des supports d’investissement retenus. Et croyez moi, ce sera la tâche la plus ardue à laquelle vous aurez à faire face. Combien de fois n’ai-je pas entendu par mes clients lors d’un point de situation : “Mais pourquoi ne renforce t’on pas les positions qui ont le mieux fonctionner ?”.

Gardez en tête une règle d’or : Cash is King ! Et souvenez vous qu’une forte baisse des marchés est une opportunité d’entrée si vous êtes investisseur long terme. 

L’immobilisme, une solution inadaptée dans un monde qui bouge

Peut-être aurez vous pris la mauvaise décision dans un premier temps en vous laissant tenter par les sirènes de la bourse à travers un PEA chez votre assureur ou votre banquier. La où vous étiez rassuré par une gestion profilée ou sous mandat, à la première baisse réelle et sérieuse, vous avez vite déchanté.

Je peux vous annoncé que si c’est votre cas, vous risquez de rester très longtemps marié avec votre conseil en investissement. Car dans ce cas de figure, la réaction spontanée est d’attendre de revenir à l’équilibre pour solder toutes les positions. Vous avez bien retenu la leçon que tant que l’on a pas vendu, on a pas perdu d’argent. Et bien pour le coup dites vous bien que quand on est au fond du trou, il faut arrêter de creuser !

Changez de crémerie pour retrouver les voies de la performance et de l’optimisation financière.

Avertissements: les informations contenues dans nos articles et guides sont par nature génériques. Elles ne tiennent pas compte de votre situation personnelle. Par conséquent, elles ne peuvent en aucune façon constituer des recommandations personnalisées en vue de la réalisation de transactions d’achat ou de vente d’instruments financiers ou bien être assimilées à une prestation de conseil en investissement financier. Le lecteur est le seul responsable de l’utilisation de l’information fournie, sans qu’aucun recours contre les éditeurs du site legira.fr ne soit possible. La responsabilité du site legira.fr et de ses auteurs ne pourra en aucun cas être engagée en cas d’erreur, d’omission ou d’investissement inopportun.

Retour haut de page