Avec les rendements en baisse, il est urgent de trouver une alternative aux fonds en euros

C’est arrivé. L’assurance vie en fonds en euros – le placement préféré des français – connait une baisse de rendement. Baisse de rendement qui risque de ne pas satisfaire les épargnants, surtout ceux dont l’aversion au risque est importante. Rien de nouveau, puisque chaque année les fonds en euros proposés dans le cadre d’un contrat d’assurance vie rapportent un peu moins aux épargnants. Une baisse de rendement qui doit inciter les français a revoir leur allocation d’actif. Mais alors, quelle alternative aux fonds en euros ?

Avant toute chose, il est essentiel de comprendre pourquoi le rendement des fonds en euros baissent.

Pour assurer un taux de rendement aux épargnants, les compagnies d’assurances investissent dans des obligations d’État. Qui dit obligations d’État dit remboursement assuré. Or, et tout le problème est ici, le rendement de ces obligations est extrêmement faible, voire même négatif ! Comment nos compagnies d’assurance pourront-elles maintenir une rémunération des fonds en euros aussi importante alors que leur rendement sur investissement en obligations ne cessent de diminuer ? Le but n’est pas de mettre en faillite les assureurs, d’ou la loi SAPIN 2 qui protège ces compagnie d’assurances ! Loi qui a malheureusement été mal interprétée par l’ensemble des français.

Dans une telle situation, il devient inévitable de trouver une alternative aux fonds en euros, et donc de s’orienter vers les unités de compte.

Les unités de compte, une alternative à la baisse des fonds en euros

L’assurance vie multi-support offre un panel d’unités de compte à disposition. Encore faut-il savoir les choisir. Et surtout avoir conscience que les unités de compte n’offrent pas de garantie de capital. Finit la notion du “zéro risque”. C’est le moment de devenir un véritable investisseur, et de faire le point sur son “profil investisseur” ! Êtes-vous plutôt prudent ? ou carrément dynamique ? Avant de s’engager sur les unités de comptes, il est essentiel de bien définir son profil d’investisseur. C’est votre profil d’aversion au risque qui vous permettra de ne pas faire d’erreur et de ne pas placer votre argent n’importe ou.

Pour exemple, un profil “prudent” investira jusqu’à 20% en unités de compte et 80% en fonds en euros. Ainsi, un profil “équilibré” se situera plutôt sur du 60/40 jusqu’a atteindre le profil “dynamique” qui lui investira jusqu’à 70% de son capital en unités de compte pour 30% en fonds en euros.

Quoi qu’il en soit, l’important est diversifier. Toujours diversifier. “Ne jamais mettre ses oeufs dans un même panier”. C’est pourquoi nous allons vous présenter deux grandes familles d’unités de compte.

Le meilleur de la gestion collective

Vous êtes déterminés, vous avez lu des revues de presse sur la bourse, ou encore vu des films épiques sur les marchés financiers. Vous vous sentez pousser des ailes d’investisseurs expérimentés !

Très bien, plutôt que de jouer au casino avec les actions, obligations et toutes autres unités de compte, je vous propose d’investir dans des fonds détenus par des sociétés de gestion qui, pour le coup, disposent de véritables professionnels des marchés financiers. À chacun son métier. Et c’est précisément le métier d’une équipe d’experts de modifier l’allocation d’actif de ces fonds en fonction de l’évolution des marchés financiers, et ainsi valoriser un capital tout en maitrisant le risque.

Ainsi, les fonds flexibles peuvent constituer une très bonne alternative aux fonds en euros. Évidemment, à diversifier avec d’autres unités de compte.

L’immobilier papier

Investir dans l’immobilier avec son contrat d’assurance-vie, c’est possible et surtout rémunérateur !

Doper son rendement en y intégrant des parts de Société Civile de Placement Immobilier (SCPI) est une très bonne idée et surtout un très bon moyen de diversifier ses placements. Une SCPI est une société qui détient et gère un parc immobilier destiné à location. Il peut convenir d’immobilier de bureaux, d’immobilier commercial, voire même d’immobilier d’habitation.

Par conséquent, acquérir des parts de SCPI ou encore “pierre-papier” vous permet de recevoir une partie des loyers que la société perçoit, de diversifier votre capital, et surtout une mutualisation du risque.

L’assurance-vie et son large panel d’unités de compte

Évidemment, il existe une multitude de fonds. Par exemple, des fonds aujourd’hui peu connus tels que les fonds ISR (Investissement socialement responsable) qui visent à investir dans les énergies renouvelables, soutenir les entreprises favorable au développement durable et ainsi donner un sens autre que “rendement, rendement et encore rendement” à l’investissement en unités de compte.

Pour résumé, la baisse de rendement des fonds en euros ne se résume pas à la fin de l’assurance-vie. C’est l’opportunité pour les épargnants de devenir des investisseurs en s’orientant vers l’alternative aux fonds en euros : l’investissement en unités de compte.

[grwebform url=”https://app.getresponse.com/view_webform_v2.js?u=SKrdX&webforms_id=20115002″ css=”on” center=”off” center_margin=”200″/]

Share This