L’assurance vie demeure le placement préféré des français avec un encours total qui dépasse les 1 650 milliards d’euros, dont plus de 1 300 milliards d’euros sur les fonds en euros des compagnies d’assurance. Plus que jamais en présence de marchés financiers chahutés, les investisseurs se réfugient vers les actifs sans risque. Mais lorsque le rendement des fonds en euros est en berne, vers qui diriger son épargne. Entre fonds euros et UC, comment répartir efficacement son épargne. 

Un contexte défavorable…

Malgré cela, les fonds en euros sont de plus en plus controversés :

  • Côté des assureurs : les contraintes règlementaires pesant de plus en plus sur leurs activités (Omnibus & Solvency 2), les assureurs se mettent à conditionner l’accès aux fonds en euros à une part minimum de supports en unités de compte.
  • Côté du législateur et des autorités de régulation : les rendements servis par les assureurs sont jugés trop élevés eu égard aux sous-jacents utilisés par les assureurs. Une nouvelle baisse généralisée des fonds en euros est souhaitée par le Ministère de l’Economie et des Finances, et de l’AMF (Autorité des Marchés Financiers).
  • Côté des épargnants : la baisse continue des taux de rendement annuels servis depuis plus de 10 ans commence à peser sur les assurés, avec des rendements annuels après prélèvement sociaux flirtant avec les 2%.
  • Côté marché : avec des taux d’emprunts d’état français de l’ordre de 0,3% sur 10 ans, les assureurs doivent immobiliser une très grande partie de leurs fonds propres pour garantir à tout moment le capital des assurés. Cela laisse peu de place aux moteurs de performance long terme (actions, immobilier de bureaux) composant historiquement les fonds en euros. Quand on y ajoute un taux minimum annuel garanti, les probabilités de rendement fondent comme neige au soleil.

Bien plus défavorable qu’il n’y paraît !

Les taux de rendement nets des fonds en euros ont atteint un nouveau plancher en 2018 pour s’établir en moyenne à 1,8% avant prélèvements sociaux, soit 1,49% après ces derniers. Dans le même temps, l’inflation en France s’est établie en 2018 à 1,9% (source INSEE).

Cela nous laisse un rendement annuel réel avant l’impôt sur le revenu de -0,41%. Et oui, le rendement de votre assurance vie a bien plongé en taux négatif.

Quelles sont les alternatives pour retrouver du rendement ?

La garantie en capital, dans un contexte de taux drastiquement bas, semble être devenu un luxe. Il n’en demeure pas moins qu’elle reste incontournable afin de disposer de liquidités disponibles à n’importe quel moment.

Deux alternatives s’offrent aux investisseurs :

Besoin d’aide ? Notre rôle est de vous accompagner pour déterminer de manière éclairée la solution qui vous correspond. Prenez dès maintenant rendez-vous avec l’un de nos conseillers épargne

Share This