Le 8 novembre 2016, un coup de froid s’est abattu sur le monde l’épargne avec l’adoption définitive de la loi sapin 2 assurance vie. Baisse des rendements, période de blocage sur les contrats d’assurance vie en cas de crise financière. Autant de nouvelles qui ont provoqué des craintes chez de nombreux épargnants. Découvrez notre méthode pour adapter votre gestion pour redonner du rendement à vos placements

Nouvelle donne pour les fonds en euros

Le fondement de cette loi repose sur deux volontés :

  • donner plus de transparence aux épargnants,
  • protéger l’épargne des français et les compagnies d’assurance vie en cas de remontée des taux.

Il faut toujours garder à l’esprit qu’à la souscription d’un contrat d’assurance vie, l’assureur s’engage à garantir le capital au souscripteur sur le fonds en euros. C’est donc l’assureur qui prend le risque financier en cas de perte sur les investissements effectués.

Tant que l’épargne reste dans les comptes de la compagnie, il n’y a aucune conséquence. Il n’en serait pas de même si un trop grand nombre d’épargnants venait à récupérer leur argent en même temps.

Risque de liquidité

Depuis cette loi, tous les fonds en euros font prendre un risque aux investisseurs : le risque de liquidité. En effet, la loi sapin 2 assurance vie prévoit en cas de crise majeure sur les marchés de taux la possibilité de bloquer tous rachats sortant d’un fonds en euros sur les contrats d’assurance vie des compagnies d’assurance françaises ou de leurs filiales luxembourgeoises. Et cela pour une durée de 6 mois. Cette décision sera prise par le Haut Conseil de stabilité financière (HCSF).

Qu’est-ce que cela signifie ? Tout simplement que comme pour des placements plus à risque, il ne faut pas investir toutes ses économies sur le contrat d’assurance vie même sur le fonds en euros. Nous sommes sur un placement long terme avant tout, peu propice à l’épargne de précaution.

Plafonnement des rendements

Le Haut Conseil de stabilité financière peut prendre une seconde décision extraordinaire : celui de plafonner les rendements annuels sur les fonds en euros. Encore une volonté de raboter sur les épargnants ? Et bien pas du tout. L’idée est de faire revenir dans le droit chemin certains assureurs vie qui boostent les rendements avec des jeux comptables ou qui concentrent trop fortement le risque sur quelques actifs (principalement immobilier).

Le but est de faire garder sagesse aux assureurs dans leur gestion du fonds en euros en conservant un actif fortement diversifié.

La tentation du tout immobilier est grande avec quelques assureurs qui en ont pris la direction. Mais à quel prix ? Il y 30 ans, une crise immobilière avait faillit entrainer la faillite d’assureur trop optimistes. Le passé devrait servir de leçon pour le coup.  

Comment saisir les nouvelles opportunités ?

S’adapter aux changements est toujours complexe, mais pour le moins indispensable. Le tout est de le faire de manière méthodique.

1 – Faîtes un point sur la composition de votre fonds en euros

Si le rendement du fonds en euros que vous avez choisi baisse depuis plusieurs années, il y a nécessairement une raison. Derrière ce terme simplificateur de fonds en euros se cache une multitude d’actifs géré par votre assureur. Ce qui nous intéresse ici est de connaître la répartition en grande famille d’actifs sur les 5 dernières années :

  • obligations
  • actions
  • immobiliers

Toutes ses informations sont disponibles auprès de votre conseiller financier.

2 – Composez votre poche fonds en euros maison (DIY)

Une fois les variations effectuées par l’assureur identifiées, il ne vous reste plus qu’à agir pour mettre en place votre propre gestion “poche euros”

Le but est de compenser les ventes d’actions et d’immobilier auxquelles ont procéder les assureurs par des arbitrages individuels vers des :

  • OPCVM pour remplacer la poche actions,
  • SCPI, SCI et OPCI pour ce qui concerne la partie immobilière. Ce type des fonds est présents sur les meilleurs contrats d’assurance vie du marché.

Pour ce qui est des proportions, cela dépendra du fonds en euros présent sur votre contrat. Cela pourra aller jusqu’à plus de 20% du montant du fonds en euros chez certains assureurs.

3 – Faire un bilan épargne avec un Conseiller en Gestion de Patrimoine pour diversifier vos placements

Chaque phase de changement de marché (krach boursier, ou comme ici taux d’intérêts au plus bas)  est un moment opportun pour mettre en place une nouvelle stratégie.

La première cause de perte de rendement, le manque de diversification. Les épargnants ont une vision souvent simpliste de l’investissement consistant à :

  • limiter le nombre de supports financiers,
  • surpondérer les éléments qui fonctionne le mieux à court terme. Mais les meilleures rendements d’une année  ne sont pas forcément ceux de l’année suivante. Merci à notre partenaire financier Franklin Templeton pour cette belle illustration.

Avez-vous pensé à faire un point avec un conseiller spécialisé pour trouver la solution à votre situation ? L’outil ad hoc : le bilan épargne. Vos deux “alliés rendement” pour 2019 !

Share This