Qu’est-ce que la gestion passive en épargne ?

gestion passive
Avec la baisse des produits de taux, les épargnants sont à la recherche de solutions alternatives pour placer leur épargne long terme. Dans la famille de la gestion d’actifs collective, deux stratégies s’affrontent afin de trouver de la  performance pour la gestion de portefeuille : la gestion passive et la gestion active.

Retrouvez cet article au format audio

Sommaire

PARTAGEZ SUR LES RESEAUX

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn
223 vues par nos lecteurs

Durée de lecture : 7 minutes

La gestion passive

La gestion passive, aussi appelée gestion indicielle ou lazy investing, a pour objectif de répliquer les grands indices financiers (CAC 40, EUROSTOXX 50, NASDAC, DOW JOHNES, SNP 500…). Elle permet à des investisseurs, quel que soit leur degré de compétences, de choisir des supports financiers appelés ETF apportant :

  • de la diversification, car ils sont composés de plusieurs actifs financiers,
  • de la lisibilité, puisqu’il suffit de regarder la valeur de l’indice pour savoir comment réagit son épargne.

La gestion active

La gestion active a pour objectif de battre les marchés en optimisant le choix des valeurs (stock picking) et en procédant à des achats et ventes de titres au bon moment (market timing).

La gestion financière est assuré par une équipe de gestion composée d’un minimum de 2 gérants, et d’une équipe d’analystes financiers et de brokers. Elle prend la forme de supports financiers collectifs (OPC, OPCVM,FCP, SICAV…).

Ces fonds peuvent aussi bien être composés de liquidité, d’obligations, d’actions, de produits dérivés ou tout autre forme de produits financiers. Les règles d’investissement sont toutes indiquées dans le prospectus du fonds, document validé par l’AMF. 

Investir en gestion passive grâce aux ETF

Les Exchange Traded Fund (ETF) sont des fonds de placement commun ayant pour vocation de répliquer la valeur d’un indice de référence. En général, l’indice financier suivi se retrouve dans le nom ce fonds commun de placement. Ils sont aussi appelés fonds indiciels ou trackers.

D’un point de vue pratique, ces supports revêtent plusieurs avantages majeurs :

  • une diversification de part la composition des indices. Plus l’indice répliqué possède de valeurs et de secteurs d’activité différents, et plus l’ETF sera diversifié,
  • une performance en adéquation avec le marché de référence. Cela apporte de la lisibilité à l’épargnant qui en se renseignant sur l’indice connaît la fluctuation de son épargne.

Le saviez vous ?

Comment sont valorisés les ETF

La majorité des OPCVM comme les Fonds de Commun de Placement (FCP) ou les SICAV cotent une seule fois dans la journée au moment de la clôture des marchés (fixing). Ce n’est pas le cas des ETF qui ont une cotation continue dans la journée. Sur un compte titres ou un PEA, vous devrez être vigilant à l’heure d’acquisition. 

Mais comment les ETF arrivent-ils à suivre les indices ?

Intuitivement, on pourrait penser que les fonds indiciels pour répliquer la performance d’un indice investissent dans les actions le composant en respectant la pondération de chacune d’entre en son seing. Mais est-ce techniquement viable ?

Et bien la réponse est non. Entre les fluctuations de marché seconde par seconde et l’effet de valorisation du fonds par la loi de l’offre et de la demande, les ETF seraient incapables de synchroniser les rendements d’un indice de référence en temps réel.

La réplication de performance se fait par le biais d’un produit dérivé appelé SWAP qui converti la performance des valeurs présentes dans le fonds en celle de l’indice. Par conséquent, vous pourriez techniquement avoir un ETF CAC 40 composé d’aucune action française tout en répliquant l’indice.

Cela vous choque ?

Pour le coup, nous sommes sur une finance 100% spéculative ne servant pas au financement de l’économie réelle. Cette gestion est très loin des standards de l’Investissement socialement responsable (ISR). D’un point de vue pratique, cette technique permet d’avoir des fonds éligibles au PEA alors qu’ils suivent des indices étrangers. Un bon point tout de même pour nos épargnants utilisant ce type de placement.

Gestion passive pour le gérant, mais pas pour vous !

Autant le fonds suit l’indice avec une recherche de performance sur le long terme en utilisant l’efficience des marché financiers, pour vous le challenge sera multiple si vous souhaitez faire fructifier votre portefeuille :

  • gérer le point d’entrée sur les ETF. Profitez des creux de marché pour investir,
  • prendre vos plus values au bon moment. Pour un investisseur peu chevronné, c’est ce qu’il y a de plus compliqué. Il vous faudra prendre le bon état d’esprit d’investissement,
  • sécuriser les fonds en cas de retournement brutal de marché.

Si vous vous contentez de rester sans bouger sur ce type de supports, vous risquez d’être grandement déçu.

Prenons un exemple concret. Si vous aviez investi en juillet 2001 sur un ETF CAC 40, sachez que vous n’auriez toujours pas gagné d’argent. Même pire, vous auriez toujours à votre actif d’importantes moins values latentes !

Prenons un autre exemple :

Si vous aviez investi en avril 2015 sur un ETF CAC 40, sachez que 5 années plus tard, vous n’auriez toujours pas gagné d’argent. Même pire, vous avez eu des plus values latentes que vous n’avez pas su exploiter. Dans ce cas, vous aurez perdu -15,64% sur la période. Vous comprendrez facilement l’importance d’adopter une stratégie de prise de bénéfice efficiente.

gestion passive historique cours CAC 40 5 ans

En gestion passive, repérer les marchés efficients où investir

Si vous souhaitez profiter de la gestion passive de manière optimum, il vous faudra repérer les ETF s’appuyant sur des marchés efficients. Cela signifie que la valorisation du cours d’un actif est en phase avec sa valeur réelle. Vous investirez pour le coup au juste prix.

Second élément à prendre en compte : bannissez les indices boursiers n’intégrant pas les dividendes. Vous serez grandement perdant sur le long terme. Si l’on suit le marché français, le CAC 40 est le mauvais indicateur à suivre. Peut-être est-ce la raison pour laquelle les épargnants français ont peur de l’investissement boursier… Car oui, le CAC 40 n’intègre pas les dividendes dans la performance de l’indice. Et cela contrairement à son petit frère le CAC 40 GR travaillant sur la capitalisation des dividendes réinvestis.

Mais savez-vous quel est l’impact en terme de valorisation ?

Au 6 avril 2020, découvrons la valeur de ses deux indices :

  •  CAC 40 : 4 346,14 points
  • CAC 40 GR : 11 858,43 points

Nous avons un écart de +172,85% en faveur du CAC 40 GR. Se passer des revenus passifs que représentent les dividendes est une hérésie dès lors que l’on investi en bourse.

Vaut-il mieux payer des frais d’entrée à un conseiller financier pour qu’il vous oriente sur le bon indice ou choisir le mauvais par méconnaissance de votre propre chef ?

Si on reprend le raisonnement des dividendes et que l’on fait une analogie avec l’immobilier. Est-ce qu’il vous semble intelligent d’investir en immobilier locatif sans percevoir aucun loyer ?

Savoir prendre ses bénéfices de manière régulière

Vous avez compris que si vous choisissez cette stratégie, vous devrez mettre en place une stratégie active d’allocation. Et si vous n’êtes pas expert dans le domaine, vous risquez de ne pas choisir le bon timing d’investissement à cause de la volatilité des marchés, notamment dans la prise de vos plus values latentes.

L’ingénierie financière peut dans ce cas vous êtes d’un grand secours avec le développement d’options d’arbitrage programmé. Dans ces options, vous pourrez paramétrer vos propres critères de sécurisation des plus values ou de vente sur repli de marché (stop loss) pour éviter de trop lourdes pertes.

Le mécénat est un engagement libre de l’entreprise au service de causes d’intérêt général. Il est apporté sous la forme d’un don financier, de produits, de technologie ou d’un apport de compétences. 

Le mécénat de compétences est une des composantes.  Il consiste à mettre à disposition des collaborateurs sur leur temps de travail pour réaliser des actions d’intérêt général mobilisant ou non leurs compétences. Ces mises à disposition peuvent être évaluées et donner lieu à un avantage fiscal.

Pour les entreprises, le mécénat de compétences répond à de multiples enjeux relatifs à la gestion des ressources humaines : le recrutement, la cohésion interne, la satisfaction et la motivation des salariés entre autres. Le mécénat de compétences s’inscrit au cœur des problématiques RSE des entreprises.

 Les avantages qu’il génère pour l’entreprise, le salarié volontaire et l’association partenaire sont multiples:

  • L’association est soutenue par un appui humain et acquiert de nouveaux savoir-faire pour consolider ou développer son activité
  • Le salarié volontaire concrétise sa volonté d’être utile à la société et développe ses compétences, sa capacité d’adaptation et sa maîtrise de la gestion de projet
  • L’entreprise produit un impact social positif et renforce ainsi sa réputation et son attractivité. Elle renforce également sa cohésion interne et la motivation au travail de ses collaborateurs

Avertissements: les informations contenues dans nos articles et guides sont par nature génériques. Elles ne tiennent pas compte de votre situation personnelle. Par conséquent, elles ne peuvent en aucune façon constituer des recommandations personnalisées en vue de la réalisation de transactions d’achat ou de vente d’instruments financiers ou bien être assimilées à une prestation de conseil en investissement financier. Le lecteur est le seul responsable de l’utilisation de l’information fournie, sans qu’aucun recours contre les éditeurs du site legira.fr ne soit possible. La responsabilité du site legira.fr et de ses auteurs ne pourra en aucun cas être engagée en cas d’erreur, d’omission ou d’investissement inopportun.

0 0 vote
Article Rating
S’abonner
Notifier de
3 Commentaires
Les plus récents
Les plus anciens Les plus populaires
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
trackback

[…] structurés (BMTN, EMTN), des obligations (indexées, haut rendement), des supports actions et des ETF. Parce que l’investissement est un métier, nous ne pouvons que vous conseiller de vous faire […]

trackback

[…] trackers ou ETF pour intégrer de la gestion passive à son allocation […]

trackback

[…] assurance. Pour celles et ceux qui ne souhaitent investir que sur des OPCVM et produits collectifs (trackers…), cela peut avoir un intérêt majeur en terme de tarification. A vous d’évaluer tout […]

3
0
Vous aimez nos idées, veuillez commenterx
()
x
Retour haut de page