Frais de gestion

Les dessous des frais de gestion

En plus d’éventuels frais sur versements, la plupart des produits d’épargne long terme prévoient des frais de fonctionnement prélevés au fil de l’eau que l’on nomme frais de gestion sur encours du contrat. Par simplification, nous parlerons ici de frais de gestion. Ces frais servent à couvrir le travail des gestionnaires et des conseillers financiers, les outils informatiques et la communication personnelle, qu’elle soit papier ou électronique.

Sommaire

PARTAGEZ SUR LES RESEAUX

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn
23 vues par nos lecteurs

Frais de gestion : combien cela coûte ?

Le montant des frais de gestion est variable en fonction de la catégorie du produit d’épargne et du canal de distribution. Du fait qu’ils sont prévus pour rémunérer aussi le service rendu au client, les frais de gestion sur les produits de banque en ligne sont moins élevés que dans une banque physique, dans les services de gestion privée, les assureurs ou société de gestion. Mais attention, car ce n’est pas vrai dans tous les cas.

Aussi étonnant que cela puisse paraître, ces frais sont exprimés en montant. Comme si plus vous aviez d’argent sur votre placement et plus celui-ci était complexe à gérer. Cette politique m’a toujours semblé contre intuitive avec la notion de services rendus. A croire qu’en France, on adore faire payer beaucoup aux personnes riches sans services complémentaires…

Quel est le niveau de frais moyen ?

Les mots sont plus efficaces que les grands discours. Vous retrouverez une liste des niveaux de taux de frais pratiqués selon les canaux de distribution :

Pour parler du produit d’épargne long terme le plus souscrit, l’assurance vie multisupports, les frais de gestion peuvent être différenciés en fonction du type de support. Les frais de gestion sur les fonds en euros seront moins élevés que ceux prélevés sur les supports en unités de compte. Et oui : il y a aussi des frais de gestion prélevés sur les assurances-vie !

Des frais variables en fonction des options choisies

Mais en fonction des options choisies sur le contrat, d’autres frais peuvent s’ajouter à cela telle que les frais de :

  • garanties sur les contrats d’assurance vie multisupports à « variable annuities »,
  • gestion des OPCVM,
  • gestion conseillée,
  • gestion sous mandat que ce soit mandat d’arbitrages ou de gestion,
  • mise en place d’arbitrage programmé,
  • superperformance…

Cette liste n’a pas vocation à être exhaustive. Par contre, elle est faite pour vous sensibiliser aux choix opérer sur vos contrats d’épargne. Car si vous n’y prêtez pas attention, vous pourriez vous retrouver avec des frais pouvant dépasser les 3% annuels tout cumulé. Du déjà vu chez des clients me présentant des contrats qu’ils avaient pu souscrire à la concurrence…

Méfiez-vous aussi des contrats annoncés sans frais (frais d’entrée, frais de gestion et frais d’arbitrage). Car en creusant un peu, vous tomberez sur une rémunération non affichée. Nous ne connaissons personne travaillant encore juste pour la gloire.

Comment sont prélevés les frais de gestion ?

Cette typologie de frais fixe est prélevée sur les contrats des clients au fil de l’eau sur un contrat d’assurance vie et très souvent de manière trimestrielle sur les autres produits d’épargne (compte tites, PEA, FIP, FCPI…). 

Quelque soit la performance réalisée sur le contrat, ces frais auront pour base de calcul la totalité des sommes présentes sur le contrat. Cela créait mécaniquement un déséquilibre entre les intérêts du client (recherche de la performance dans la durée) et ceux de l’établissement financier commercialisateur et du conseiller (conservation du client au sein de son portefeuille). 

Méfiez vous des frais de surperformance

D’un point de vue conceptuel, les frais de surperformance sont une excellente idée si elles sont accompagnés à une baisse des frais de gestion du contrat. Le conseil financier sera bien rémunéré s’il effectue correctement son travail.

C’est sur la notion de correctement qu’il faut prêter attention.

La base de calcul se fera sur la base :

  • du montant calculé de superformance,
  • du taux applicable pour rémunérer le gestionnaire.

Le calcul de surperformance se fait en retranchant à la performance réalisée sur le contrat celle d’une indice de performance ou d’une performance fixe. Si on prend les rendements d’un indice, il se peut qu’ils soient supérieures à celui du contrat et cela même si les deux performances aient été négatives. La logique serait qu’il n’y ait aucun frais supplémentaires déduits. 

Or, sauf stipulation contraire dans les conditions générales du produit, vous aurez des frais de performance prélevés alors même que vous avez perdu de l’argent au cours de l’année. Injuste ? Surement d’un point de vue moral, mais c’est écrit noir sur blanc ! D’où tout l’importance de bien se renseigner sur le coût de chacune des options choisies.

Une version moderne des frais de gestion et de la rémunération

Avec une règlementation de plus en plus contraignante, les Conseillers en Gestion de Patrimoine Indépendants (CGPi) ont trouvé un moyen intelligent de réconcilier leurs intérêts et ceux de leurs clients : faire payer à leurs clients un forfait annuel d’honoraires en fonction du niveau de service. Et en contrepartie, toutes les commissions encaissées par le CGPi sont remboursés au client, faisant baisser de manière sensible les frais de gestion annuelle.

Une quasi obligation me direz-vous du fait des montants importants que leur confient leurs clients ? Mais ils n’étaient pas obligés de le faire. Une nouvelle fois, les CGPi se distinguent en travaillant une nouvelle fois en faveur de l’épargnant !

Avertissements: les informations contenues dans nos articles et guides sont par nature génériques. Elles ne tiennent pas compte de votre situation personnelle. Par conséquent, elles ne peuvent en aucune façon constituer des recommandations personnalisées en vue de la réalisation de transactions d’achat ou de vente d’instruments financiers ou bien être assimilées à une prestation de conseil en investissement financier. Le lecteur est le seul responsable de l’utilisation de l’information fournie, sans qu’aucun recours contre les éditeurs du site legira.fr ne soit possible. La responsabilité du site legira.fr et de ses auteurs ne pourra en aucun cas être engagée en cas d’erreur, d’omission ou d’investissement inopportun.

0 0 vote
Article Rating
S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
0
Vous aimez nos idées, veuillez commenterx
()
x
Retour haut de page