Quand on parle d’optimisation financière, il faut savoir de quoi l’on parle. Le principe est d’améliorer les ressources financières (revenus et épargne) d’une personne ou d’une famille tout en créant du patrimoine grâce à plusieurs leviers :

  • être accompagné lors de déclaration fiscale et sociale ce qui permet de faire jouer pleinement votre droit à l’erreur. Mais aussi de choisir les meilleures options en terme de déclaration s’offrant à vous aussi bien en terme de traitements et salaires, revenus d’investissement (foncier, meublé et mobilier), ainsi que de déclaratif pour les auto-entrepreneurs, professions libérales et chefs d’entreprise,
  • utiliser sa capacité d’épargne pour se créer un patrimoine immobilier locatif,
  • disposer de conseil en investissement en réorganisant au mieux votre épargne et en assurant un suivi financier sur vos produits d’épargne existants qui parfois végète faute de suivi,
  • piloter votre fiscalité,
  • utiliser des produits de diversification de bonne facture afin de répondre à vos objectifs de vie futur (retraite, protection du conjoint et de vos proches, transmission du patrimoine). Exit les produits maisons fabriqués des banques et réseaux d’assurances.

Pour résumer, cela vous permettra de gagner de l’argent en mettant en place une gestion financière efficace de vos revenus et de votre épargne. Autrement dit, l’optimisation financière permet de gagner de l’argent par le simple fait de mieux gérer la dimension financière de son existence, sans avoir à fournir plus d’efforts, changer de métier, ou vos habitudes en terme de loisirs et  consommation.

Optimisation financière passe avant tout par l’optimisation fiscale

Autant l’optimisation financière peut sembler être à la portée de tout le monde. Ce n’est pas du tout le cas de l’optimisation fiscale. Elle nécessite d’excellentes connaissances qui doivent sans cesse être renouvelées. La loi de finance vient tous les ans ajouter son lot de bonnes et mauvaises surprises.

A sert l’optimisation fiscale ?

Comme son nom l’indique, son but est de limiter le paiement de l’impôt à son strict minimum en fonction de votre situation. Mais attention, car il ne faut pas la confondre avec la fraude ou l’évasion fiscale. L’optimisation fiscale s’appuie sur les dispositifs mis en place par l’état pour permettre aux contribuables diminuer leurs impôts. Pour autant, tous les dispositifs ne sont pas bons à mettre en place. Privilégiez toujours les dispositifs patrimoniaux qui vous permettent de transformer l’impôt que vous auriez du payer en patrimoine personnel.

Pourquoi mettre en place une optimisation fiscale ?

L’imposition n’ayant jamais été aussi élevée en France, il serait complètement irresponsable de ne pas en tenir compte dans vos placements et la gestion de votre argent. Dès lors que vous dépassez les 2 500 euros de revenus mensuels, le taux de taxation sur vos augmentations de salaires est de 40,2%. Et concernant vos revenus fonciers, on atteint le seuil de 47,2% de taxation. De quoi vous décourager de générer des revenus…

Baisser sa fiscalité n’est souvent pas si complexe que cela

La première cause de fiscalité trop élevée chez les ménages est une mauvaise déclaration des revenus. En tête des erreurs les plus courantes : une méconnaissances des mécanismes de frais et charges déductibles. On peut certes trouver de l’information sur Internet et les notices mises à disposition par l’administration fiscale. Mais reconnaissez que rapidement la déclaration de revenus devient complexe. Vous n’avez qu’à vous remémorer le nombre de cases que vous avez pu apercevoir lors de votre dernière déclaration. Et le prélèvement à la source n’est pas là pour simplifier la chose.

Pour optimisation fiscale de son vivant et au delà

Quand on parle de fiscalité, on pense très rapidement à l’impôt sur le revenus. Mais vous devrez prendre en compte l’imposition sur les successions. Même s’il a bien diminué en 2007 grâce à la loi TEPA, les frais de succession restent importants dans notre pays. Si on ajoute à la taxation une problématique de manque de liquidité des biens transmis, on voit vite que les successions comportants des entreprises et/ou un parc immobilier peuvent vite devenir un casse-tête.

Optimisation financière et gestion de l’épargne

Naturellement, nous sommes au coeur du sujet. Que faire de son épargne pour ne pas voir l’inflation l’éroder lentement ?

Une chose est sûre, vous devrez privilégier les stratégies conservatrices basées sur la gestion du risque. Prenons un exemple très simple pour illustrer ce propos. Si un de vos investissements perd 70% de sa valeur, à votre avis combien lui faudra-t-il reprendre pour juste retrouver son niveau d’origine ? La bonne réponse : pas moins de +233% ! Autant vous dire qu’en gestion financière, vous gagnerez de l’argent en limitant les baisses sur vos placements. Et cela même si vous ne prenez pas toute la performance lors des phases de hausse. C’est toute la valeur ajoutée d’un bon conseiller financier.

Optimiser financièrement aussi son entreprise

Il n’y a pas si longtemps que cela, les petites et moyennes entreprises étaient épargnées par bon nombre de considérations fiscales. Cela laissait libre court aux dirigeants de se consacrer pleinement aux aspects opérationnels tels que les ressources humaines et leur portefeuille clients. De plus, les taux d’intérêt élevés permettaient de rémunérer correctement la trésorerie qu’elle soit court, moyen ou long terme. Mais depuis quelques années, ce temps est révolu.

Avec l’augmentation des taxes de productions, de la concurrence et la baisse des taux d’intérêts, la gestion financière devient un sujet prépondérant pour les TPE et PME. Pouvant même devenir un sujet de survie si on ajoute à tout cela la gestion de l’endettement. Le chef d’entreprise 2.0 se doit désormais d’assumer une nouvelle casquette, celle de Directeur Financier. A lui de savoir s’il souhaite la conserver ou la déléguer.

Share This