Diversification et investissement : fausse bonne idée ?

diversification investissement sujet tarte à la crème
Temps de lecture : 7 minutes

En gestion de patrimoine, il y a des sujets evergreen : (intemporel et auquel les réponses dépendent de l’angle d’attaque du rédacteur). Et ce matin en me réveillant, bénédiction. J’ai reçu une alerte de la publication d’une vidéo qui m’a donné l’inspiration. Ce n’est pas que j’en manquait particulièrement. Mais j‘ai décidé de me lancer moi aussi dans ce nouveau genre en ce vendredi : le marronnier. Mais pour ne pas tomber dans la facilité, j’ai choisi de le traiter de manière pragmatique comme un sujet de fond ! Mon objectif : vous aider à utiliser correctement la diversification dans la gestion de votre patrimoine. Mais savez-vous avant tout qu’est-ce que la diversification dans le domaine de l’investissement ?

Vous pouvez aussi écouter cet article

Diversification et investissement

La première chose est de nous mettre d’accord sur la définition de la diversification. Et première difficulté : ce concept n’est pas si simple à appréhender. Pour preuve, vous ne trouverez pas de définition écrite sur la page qui y est dédiée du site de l’AMF !

Même pire… Si l’on tape diversification dans Google, on voit que le sujet ne passionne pas les foules côté investissement. Les mères de famille sont plus actives pour faire remonter la diversification alimentaire pour les bébés au top des recherches. Il faut attendre la 6ème page pour voir apparaître la définition financière de la diversification avec le site Wikipédia… Autant dire qu’il faut être motivé pour aller chercher l’information.

Pour faire simple, la diversification financière est un mécanisme qui consiste à limiter le risque dans un portefeuille, voir un patrimoine, en procédant à des investissements de nature la plus variée qui soit.

Pour exemple : si je possède ma résidence principale et un investissement locatif, investir en bourse est une manière de diversifier mon patrimoine. A la manière des poupées russes, je pourrai aussi diversifier mon investissement boursier en procédant à une allocation de mon argent sur plusieurs actifs financiers.

Cela soulève tout de suite une première question : quel est le bon périmètre pour parler de diversification ? L’intégralité du patrimoine ? Uniquement les actifs financiers ?

diversification investissement

Diversification du patrimoine

Si l’on se place au niveau d’un patrimoine, la diversification consiste à investir dans des placements ou des objets que l’on peut regrouper sous la terminologie de marché. Un marché correspondant à une catégorie de biens ou de placements ayant des caractéristiques communes.

En terme de grandes familles d’investissement, on en dénombre 4 :

  • biens immobiliers par nature tangible (terrains immeubles, appartement, maison…),
  • biens meubles tangibles ou corporels (voiture de collection, manuscrits, livres, objets d’art, vin…),
  • biens meubles incorporels (placements financiers, monnaie…),
  • biens meubles par anticipation (arbres, récoltes…).

Pour bien comprendre toutes les nuances de biens meubles, je vous propose de lire ici notre article consacré à ce sujet.

Si on ajoute à cela les sous-marchés, les critères économiques, géographiques et les catégories, on s’aperçoit qu’il est impossible de mesurer de manière scientifique la qualité de la diversification au niveau du patrimoine global. Fort heureusement, il existe des outils de mesure pour les marchés les plus régulés : les marchés financiers côtés.

Le saviez vous ?

La difficulté de mesurer la diversification

Il est extrêmement compliqué de mesurer la diversification sur les marchés non ou peu régulés. La raison en est simple : l’absence de bases de données centralisées empêchant ainsi la mise en place de modélisation financière.

Imaginez vous bien qu’un marché comme l’immobilier est un marché très peu régulés. Et pourtant, on parle de sommes très importantes en terme de transactions financières.

Jusqu’à ce que l’Etat mette en place la base de données de DVF, comment faisiez-vous pour estimer le connaître la valeur de marché d’un bien ? Cet outil apporte un vrai plus. Au bémol près que cette base s’appuie sur les données des transactions immobilières réalisées. Quid des zones où la dernière vente, donation ou succession remonte à plusieurs années…

La diversification financière

La force des marchés financiers est aussi sa faiblesse pour un investisseur privé : la multiplicité des paramètres d’investissement. Car pour un non professionnel, trop d’informations tue l’information.

Pourtant, il s’est construit des modèles financiers qui ont alimenté des bases de données accessibles facilement sur Internet. Ces dernières ont pour but de fournir une information financière la plus lisible possible aux professionnels et particuliers. Notamment, il existe des outils pour appréhender la diversification d’un portefeuille de produits financiers aussi bien d’un point de vue qualitatif, que quantitatif.

Les aspects qualitatifs de la diversification

Vous trouverez des outils gratuits sur le site de Morningstar qui vous permettront de constituer des portefeuilles modèles pour en décortiquer de nombreuses données financières. Vous retrouverez toutes les informations concernant la diversification que sont :

  • les tailles de capitalisation,
  • les devises,
  • les zones géographiques,
  • les secteurs d’activité,
  • le style de gestion dans le cadre d’OPCVM…

Toutes ces notions ont intérêt mais ne préjuge en rien du comportement de votre portefeuille en cas de fluctuation des marchés. Ils ne constitueront pas à eux seuls des indicateurs fiables pour évaluer une bonne diversification.

L’impact de la diversification sur la performance : la décorrélation

Une nouvelle fois en gestion de patrimoine, le juge de paix est l’impact sur la performance de la diversification. Pour les fans de mathématiques, la variance et la covariance doivent être 2 concepts qui doivent vous parler. L’indice de décorrélation s’appuie sur ces notions mathématiques. Mais à quoi correspond la décorrélation ?

L’indice de décorrélation sert à comparer le comportement en terme de performance de supports financiers. La valeur de l’indice est compris entre -1 et 1 :

  • 1 correspond à une corrélation parfaite. Les performances des supports suivent exactement la même tendance,
  • -1 correspond à une corrélation diamétralement opposé,
  • 0 correspond à une décorrélation parfaite de la performance.
Le principal inconvénient de cet indice : il compare seulement des valeurs 2 à 2. Pour un portefeuille, vous devrez utiliser la matrice de décorrélation.
matrice de décorrélation diversification
Exemple de matrice de corrélation (Source : StockFusion Studio)

Très esthétique d’un point de vue visuel. Moins exploitable d’un point de vue opérationnel. Vous trouverez d’autres indices sur les applications de gestion de portefeuille.

Et si je vous disais maintenant qu’en fonction des tendances de marché la même matrice pourrait fortement être modifiée. Vous comprenez bien que cela reste des indicateurs ne décrivant qu’un état de fait passé et non une réalité prédictive. Je suis sûr que vous avez déjà entendu le bon vieil adage que les performances passées ne préjugent pas des performances futures…

Pourquoi la diversification en investissement est-il un sujet tarte à la crème ?

Vous cherchez peut-être à savoir quelle est la vidéo qui m’a inspiré une telle prose ? Vous la trouverez ci-dessous. Cela partait bien en terme marketing avec un titre accrocheur : « Le mensonge sur la diversification de vos investissements ».

Sauf que point de mensonge, juste une lapalissade sur la diversification des investissements.

Car oui, la diversification n’est pas l’ami de la recherche absolu de performance, surtout quand le nombre de supports dans un portefeuille financier est important. La diversification est un sujet tellement vaste qu’il est bon de revenir à sa définition fondamentale pour savoir de quoi l’on parle. Je rappelle son objectif principal : limiter le risque. Et qui dit limitation du risque, dit limitation de la performance. CQFD !

Est-ce que l’idée viendrait à un journaliste spécialisé dans les tests automobiles de nous faire un article sur : « le mensonge des constructeurs sur le régulateur adaptatif de vitesse ». Car vous ne le savez peut-être pas mais sans action de votre part sur l’accélérateur, il a un effet pervers : limiter la vitesse de votre voiture. Ah, c’est aussi ce que l’on lui demande…

Pour le reste de la vidéo, je vous laisserai juger de la pertinence des propos. Mais pour avoir un peu côtoyer des spécialistes de l’Asset Management, je leur conseille de s’abstenir notamment sur la partie concernant les ETF et les indices.

Existe t’il une bonne manière de diversifier ses investissements ?

La diversification est un indicateur comme un autre de la gestion du risque. Mais du fait qu’il ne concerne que les valeurs financières, sa portée est extrêmement limitée en terme patrimonial. Les 2 / 3 du patrimoine des français étant investis dans l’immobilier, cela donne un biais trop important pour ne se fier qu’à ce critère pour vos futurs investissements.

Mais comme Monsieur Jourdain faisait de la prose sans le savoir, si vous respecter les règles et bonnes pratiques de la gestion financière, vous allez diversifier votre patrimoine sans vous en rendre compte ! 

De ce fait, je réserverai les indicateurs dans un premier temps essentiellement aux personnes souhaitant ou ayant des investissements significatifs en terme de montant sur les marchés financiers. Pour les autres, commencez par évaluer le risque principal qui peut toucher un ménage dans la gestion de son budget au quotidien : le risque de liquidité.

Vous trouverez une étude montrant les bienfaits de la diversification en gestion du risque. Elle a été réalisée par la société Franklin Templeton. Elle reprend sur 25 ans les performances des principales classes d’actifs. Le but étant de mettre en avant que d’une année sur l’autre, il existait une grande rotation au niveau du classement des meilleures performances. La démonstration est on ne peu plus parlante.

pourquoi diversifier ses unités de compte en assurance vie

Et pour terminer sur des préceptes qui sont chers à Warren Buffet. Et on ne va pas parler des frais financiers. Vous trouverez une recette pour investir en bourse en limitant le risque de perte en capital :

  • faire du temps votre allié en investissant sur longue période,
  • se concentrer uniquement sur des actifs sous-cotés dans un marché efficient,
  • ne pas surpayer une valeur même de très grande qualité,
  • savoir garder du cash quand vous n’avez pas de thématique d’investissement. Car il vaut mieux perdre du temps que de perdre de l’argent bêtement en l’investissant mal. Cela fera des sommes à investir pour profiter de belles affaires à venir !

Avertissements: les informations contenues dans nos articles et guides sont par nature génériques. Elles ne tiennent pas compte de votre situation personnelle. Par conséquent, elles ne peuvent en aucune façon constituer des recommandations personnalisées en vue de la réalisation de transactions d’achat ou de vente d’instruments financiers ou bien être assimilées à une prestation de conseil en investissement financier. Le lecteur est le seul responsable de l’utilisation de l’information fournie, sans qu’aucun recours contre les éditeurs du site legira.fr ne soit possible. La responsabilité du site legira.fr et de ses auteurs ne pourra en aucun cas être engagée en cas d’erreur, d’omission ou d’investissement inopportun.

0 0 vote
Article Rating
S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
Retour haut de page