Comment devenir conseiller en gestion de patrimoine

Comment devenir conseiller en gestion de patrimoine

Vous avez entendu parlé de la profession de Conseiller en Gestion de Patrimoine (CGP). Vous vous posez la question si vous pouvez aspirer à embrasser cette profession. Véritable architecte de vie des particuliers et des professionnels, le gestionnaire de patrimoine met à profit ses connaissances financières, juridiques et même sociales dans le but de protéger au mieux les intérêts de son client. Cette polyvalence a pour but d’apporter de la cohérence dans les projets de vie de ses clients. Comme une maison, un patrimoine doit se bâtir sur des fondations solides pour résister aux accidents de la vie (divorce, invalidité, décès de son conjoint). Mais comment faire pour acquérir les compétences nécessaires pour réussir dans le métier ? Existe t’il un cursus idéal pour faire de vous des conseillers en gestion de patrimoine ?

69 vues par nos lecteurs

La valeur ajoutée du gestionnaire de patrimoine

Quand on parle de conseil en gestion de patrimoine, cela comprend un large éventail de domaine de compétences :

  • Conseil en Ingénierie Patrimoniale
  • Défiscalisation
  • Epargne
  • Epargne salariale
  • Gestion d’actifs
  • Gestion de trésorerie d’entreprise
  • Investissement Immobilier
  • Prévoyance
  • Retraite
  • Transmission

Et malheureusement, si en tant que conseiller, il y a un ou plusieurs domaines qui vous échappe, nous vous conseillons de parfaire vos compétences à travers des modules de formation spécialisés. L’ingénierie patrimoniale malheureusement ne s’invente pas.

Une approche globale

Le rôle du CGP est d’accompagner ces clients dans la durée pour ces derniers puissent répondre à leurs objectifs de vie. Tel un architecte de projets de vie, le CGP est capable de travailler aussi bien sur de la constitution de patrimoine, en passant par sa gestion. Le but ultime reste de le transmettre à ces proches pour leur assurer un avenir meilleur.

Grâce à une approche générale fondée sur une connaissance approfondie de ses clients, le conseiller en gestion patrimonial peut aussi bien prodiguer des conseils que de proposer des solutions clef en main intégrant le service après vente (suivi dans le temps). D’un point de vue règlementaire, un CGP devra disposer de tous les statuts suivants pour réaliser correctement ses missions :

  • agent immobilier
  • conseiller en investissement financier (CIF)
  • courtier en assurance
  • courtier en crédit
  • courtier en opération de banque et service de paiement
  • disposer de la compétence juridique appropriée

Des compétences généralistes

Pour répondre à cette mission, un conseiller patrimonial devra aussi être à l’aise avec les placements financiers (assurance-vie, compte titres, PEA, private equity…) et le patrimoine immobilier de rapport (SCPI, immobilier ancien…) ou de défiscalisation (loi Pinel, déficit foncier, monument historique…). Chose qui est complexe pour une banque privée ne traitant que d’une partie du patrimoine financier, contrairement aux cabinets qui ont le choix de leurs fournisseurs (assurantiels, bancaires, immobiliers, maisons de gestion) et de leurs produits financiers ou immobiliers.

Pour des solutions personnalisées

Parce qu’il s’adresse à un public très hétérogène en terme de situation familiale (célibataires, divorcés, PACSés, en couple mariés, famille recomposée), de professions (cadre, cadre supérieur, chef d’entreprise, profession libérale, retraité) et de niveau de patrimoine, le fil rouge de son travail est de pouvoir bâtir une stratégie patrimoniale flexible et solide permettant de s’adapter dans le temps à toutes les situations.

Le CGP doit s’adapter en proposant des solutions évolutives et personnalisées.

Une formation solide est nécessaire pour devenir un bon conseiller

La profession n’étant pas réglementée, on peut retrouver des CGP aussi bien en cabinet spécialisé, qu’en banque, chez des assureurs, au sein d’office notarié, dans une agence immobilière, voire même certain ayant le statut d’indépendant. Mais ne vous y méprenez pas : pour correctement effectuer son métier, le CGP devra aussi bien maîtrise le droit, la finance, la fiscalité et l’immobilier qui représente encore plus des deux tiers du patrimoine des français. Et tout ceci, sans compter les mises à jour annuelles nécessaires dans le cadre des changements législatifs. Autant vous dire que sauf à avoir une approche généraliste dans un cabinet, vous n’aurez jamais la compétence suffisante au sein de votre banque, compagnie d’assurance, agence immobilière ou cabinet de courtage.

Eh oui, vous l’aurez compris : la gestion de patrimoine est un métier technique qui demande des compétences comportementales accrues (empathie, capacité à convaincre…). Et comme tous les métiers techniques, il demande une formation académique ou sur le terrain de qualité. Deux cas de figure s’offre à vous :

  • soit vous décider de repasser par les bancs de l’école pour passer une formation diplômante certifiante ou qualifiante en gestion de patrimoine. En tête des formations on retrouve le DU Expert en Gestion de Patrimoine et le Master 2 en Gestion de Patrimoine,
  • soit vous décidez d’apprendre sur le tard en commençant par une acquérir de l’expérience dans un des métiers de la gestion de patrimoine (courtier en assurance, agent immobilier, courtier en crédit, chargé de clientèle) afin de mettre un pied à l’étrier. Vous pourrez compléter ce cursus par des formations techniques ou faire valider vos acquis après 5 ans d’expérience professionnelle.

Ce n’est qu’à cette condition que vous pourrez prétendre au statut de Conseiller d’Investissement Financier (CIF). Il vous permettra de préconiser du conseil juridique à travers la rédaction d’actes ainsi que la mise en place de toutes les solutions patrimoniales possibles.

Il existe des formations complémentaires pour obtenir une spécialisation afin d’accompagner des typologies de clientèle spécifique (Chef d’entreprise ou des professionnels, Family Office, personnes vulnérables, personnes disposant d’un patrimoine international).

Après tout cela, libre à vous de vous positionner entre CGP et CGPi en fonction du mode de rémunération que vous souhaitez appliquer vis à vis de vos clients.

Avertissements: les informations contenues dans nos articles et guides sont par nature génériques. Elles ne tiennent pas compte de votre situation personnelle. Par conséquent, elles ne peuvent en aucune façon constituer des recommandations personnalisées en vue de la réalisation de transactions d’achat ou de vente d’instruments financiers ou bien être assimilées à une prestation de conseil en investissement financier. Le lecteur est le seul responsable de l’utilisation de l’information fournie, sans qu’aucun recours contre les éditeurs du site legira.fr ne soit possible. La responsabilité du site legira.fr et de ses auteurs ne pourra en aucun cas être engagée en cas d’erreur, d’omission ou d’investissement inopportun.

Laisser un commentaire

Retour haut de page