La profession de Conseiller en Gestion de Patrimoine (CGP) est de plus en plus connu auprès du grand public, plus connue avant sous le sigle de CGPi. Métier de conseil par excellence, le consultant en gestion de patrimoine est là pour accompagner les clients professionnels (TNS, entreprises commerciales, associations et fondations, sociétés patrimoniales) et particuliers dans la mise en place de stratégie patrimoniale. Cette notoriété est due aux cabinets de gestion de patrimoine indépendants capitalistiquement parlant vis à vis de leurs partenaires. Mais avec la directive européenne MIF2, la réglementation est passée par là pour définir la notion d’indépendance. Reste t’il encore beaucoup de CGPi en 2019 ?

La différence fondamentale entre CGP et CGPI : son mode rémunération !

La rémunération est un point différentiant par rapport aux autres conseils. Elle est établie et présentée en toute transparence aux clients lors de la signature de la lettre de mission. Elle est la feuille de route du conseil contractuelle entre votre conseiller et vous.

Rémunération du CGP, une grande flexibilité offerte

Les rémunérations d’un CGP peut être de plusieurs natures :

  • Perception de commissions ou rétrocessions directement versées par les établissements financiers (banques, assureurs, sociétés de gestion, promoteurs…)

et/ou

  • Facturation des honoraires de conseil payés rémunérés par les clients eux-mêmes sur des prestations définies à l’avance (conseils, analyses techniques, suivi, programmes de préconisations, recherches et montages de crédits…).

Le tout est de pourvoir pour le professionnel apporter la transparence au client sur la rémunération prise et l’amélioration du conseil offerte grâce à la perception de commissions de la part de ses partenaires. Cela change radicalement la relation client.

Commissions interdites pour les CGPI, sauf en cas de redistribution au client

Ce n’est pas le cas pour les Conseillers en Gestion de Patrimoine Indépendant (CGPI) !

Les autorités de tutelle (Autorité des Marchés Financiers AMF et ACPR) dans le cadre des directives MIF 2 et DIA 2 ont travaillé sur la notion de conseil indépendant. La définition qui en est ressorti : le conseil est indépendant à la seule condition qu’il soit indépendant de l’aspect rémunération. Cela se traduit par la perception uniquement d’honoraires pour les CGPI. Autrement dit, un CGPi doit uniquement percevoir une rémunération en direct de ces clients. Et en aucun cas, il ne pourra recevoir de commissions de ses partenaires.

Depuis, on voit apparaître le terme de CGPL. Le l signifiant libéral afin de faire le distinguo entre les CGP en banque et les CGP en cabinet. Mais est-ce vraiment un terme opportun ? L’avenir nous le dira.

Est-ce la seule différence entre CGP et CGPI ?

Et bien oui. La rémunération est le seul critère discriminant pour déterminer l’indépendance ou non du professionnel. Pour le reste, le conseil patrimonial peut vous accompagner en terme de conseil en investissement, optimisation fiscale, prévoyance, courtage en assurance, conseil en investissement immobilier, financement, gestion d’actifs…

On aurait pu pensé que la notion de détention signification du capital social du CGP par un ou plusieurs des ses partenaires aurait un impact sur l’indépendance.

Du point de vue des conseils en gestion de patrimoine, cela ne change pas la donne. Les CGP et CGPi ont le droit de commercialiser tous deux des produits financiers, de l’épargne-retraite, de la défiscalisation ou des contrats d’assurance.

Alors que choisir entre CGP ou CGPi ?

Si vous cherchez un professionnel uniquement pour la partie conseil, charge à vous de trouver les produits ad hoc par la suite, nous vous conseillons de vous orienter vers de CGPi.

Alors que si votre souhait est d’être accompagné par des professionnels payés au résultat une fois la solution mise en place, le CGP correspond parfaitement à votre profil. Grâce à une large sélection de produits, d’instruments financiers et immobiliers, il saura prodiguer des conseils avisés tout en vous apportant des solutions en terme de transformation digitale. 

Share This