Accueil » Transmission - Pourquoi transmettre son patrimoine » Héritier : une notion fondamentale sur la succession

Héritier : une notion fondamentale sur la succession

Lorsque l’on parle de transmission du patrimoine ou de succession, il est primordial de bien comprendre la notion d’héritier. Derrière ce terme générique se cache bien souvent des subtilités que l’on découvre à ses dépends le jour de l’ouverture de la succession. Car ces règles sont dépendantes de la situation du défunt.

Vous pouvez aussi écouter cet article

Découvrez cet article au format podcast audio. Cette vidéo fait partie d’une série analysant tous les thèmes importants de la Gestion de Patrimoine et de la Gestion Privée.

Restez informé en vous abonnant à la chaîne Youtube.

Comment déterminer qui sont les héritiers ?

Les règles concernant la transmission de patrimoine en cas d’héritage se trouvent dans le Code Civil. Il comporte des règles d’ordre public qui s’applique à tout le monde et des règles d’ordre privé que l’on peut déroger en prenant ces propres dispositions. On peut classer les personnes ayant des droits à la succession, ou héritiers, en plusieurs catégories :

  • les héritiers légaux,
  • les héritiers réservataires,
  • les héritiers testamentaires.

Les héritiers légaux

Ce sont les personnes qui ont des droits sur la succession accordés de manière légale par le Code Civil.

On y retrouve les enfants du défunt qu’ils soient légitimes ou non, ainsi que le conjoint. Quand on parle de conjoint, cela comprend même les époux qui sont juste séparés de corps. Seul le divorce met fin à cette disposition, même si on peut la limiter fortement de manière testamentaire.

Les héritiers réservataires

En plus de la qualité de légal, les enfants se voient accordés lu statut d’héritiers réservataires. Nous verrons plus loin quel en est la conséquence sur la masse successorale.

Si les enfants sont décédés avant le défunt, c’est leur descendance (enfants, petits enfants) qui profitera automatiquement de ce droit grâce au mécanisme de la représentation.

Le cas de la succession sans enfants

La succession en absence d’enfant suit des règles spécifiques dépendant du fait de la présence ou non de conjoint survivant. Dans ce cas précis, ce sera lui ou elle qui se verra accorder la qualité de réservataire.

Dans tous les autres cas, il n’y aura pas d’héritier réservataire à la succession. Le patrimoine pourra être légué à n’importe qui sans aucune restriction.

La réserve héréditaire

On parle d’héritiers réservataires car ils ont des droits particuliers en terme de montant minimum sur la succession. Ce droit on ne peut pas leur retirer, même par la voie de testament, contrat de mariage ou donation au dernier vivant. C’est ce que l’on appelle la réserve héréditaire. C’est pour cette raison que l’on évoque l’incapacité en France de déshériter ses enfants.

Les héritiers testamentaires

On y retrouve les personnes qui sont citées dans le testament du défunt. Nous vous rappelons que ce dernier peut prendre plusieurs formes (authentique, mystique, olographe et international).

En l’absence de testament, la succession se fera uniquement avec les héritiers légaux. Comme vous avez pu le constater, cela écarte le partenaire de PACS ainsi que le concubin même notoire.

Avertissements: les informations contenues dans nos articles et guides sont par nature génériques. Elles ne tiennent pas compte de votre situation personnelle. Par conséquent, elles ne peuvent en aucune façon constituer des recommandations personnalisées en vue de la réalisation de transactions d’achat ou de vente d’instruments financiers ou bien être assimilées à une prestation de conseil en investissement financier. Le lecteur est le seul responsable de l’utilisation de l’information fournie, sans qu’aucun recours contre les éditeurs du site legira.fr ne soit possible. La responsabilité du site legira.fr et de ses auteurs ne pourra en aucun cas être engagée en cas d’erreur, d’omission ou d’investissement inopportun.